«

»

Fév 06 2018

Imprimer ce Article

Le bon Dom Pourceau – Christian Satgé

Petite fable affable

 
Avertissement : comme on lit à la télé = « Toute ressemblance avec des personnes existant ou ayant existé etc. ». « À bonne en tandeur, salut ! » comme écrivait Alphone Allais.

Malgré les arbres en robe de lilas 
Et les prés parfumés de violettes,
Dom Pourceau se sent très bête et fort las,
Sous l’aile des oiseaux qui volettent :
La journée est bonne, quoiqu’embrumée,
Mais lui l’a mauvaise d’être enrhumé.
Pataud et pattu, ce bon porc cultive
L’ennui, sur sa déveine pérorant,
Sur ses risibles amours festives
Devisant, il s’en va dévorant
Les heures : pour savoir il endure ;
Sans travailler, pour avoir il dure.

Au soir où chacun rentre enfin
En sa petite chacunière,
Nid, grotte, antre ou terrier sans fin,
– Et donc Phoebus en sa tanière ! –

Notre porc est cerné par l’horizon,
Pays aux chimériques saisons.
Il arrive pourtant à une ferme
À l’ombre fraîche, au silence froid, 
Avec des haies de houx pour derme.
Un pauvre vieux y est le seul roi.
Ses rustiques façons le font maître
D’un lieu où il eut le don de naître.

Fumier dense et foin épais,
L’endroit est sûrement bonne planque !
Dom Pourceau donc se présente en paix,
Poussé par la morsure du manque,
À ce Jacques, nanti sans le savoir.
Le goret, du rustaud, se fait voir.
Alors qu’au loin le vent du Nord flûte
Sa chanson, lui joue du pipeau
Au glaiseux et se dit, fute-fute ;
« Ami du genre humain » : Pas de pot,
Ce dernier connaît ses Classiques,
De sa vie en a fait le lexique.

« Chacun se dit ami, mon cochon,
Mais est bien fol, dit notre ancêtre,
Qui s’y repose, futur souchon
Qui parle comme le fait un prêtre :
 Rien n’est plus commun, que ce nom ; 
Rien n’est plus rare que la chose !
Qu’as-tu à m’apporter, nom de nom ?

– Mais rien ! fit l’impudent tout rose.

– Alors, répondit l’autre, couteau
Jà tiré, je te saigne aussitôt.
Comme disait, jadis, mon bon père :
“N’attends point d’en être envahi
Pour te débarrasser des vipères
Et des mauvaises herbes enhardies” ! »

© Christian Satgé – janvier 2018

 

 

2+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/dom-pourceau-christian-satge/

3
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
2 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéFattoum Abidi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Merci Christian très jolie fable, j’ai adoré ma lecture et surtout ce passage profond et signifiant:
“N’attends point d’en être envahi
Pour te débarrasser des vipères
Et des mauvaises herbes enhardies” ! »

Belle soirée.
Mes amitiés
Fattoum.

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE