«

»

Sep 29 2019

Imprimer ce Article

…Deux-mille-deux-cent-quatre-ving-six .. -Delloly

Série Dix ans 

Dix ans à Vous effacer (A)
Neuf ans d’un autrement (B)

Année de quatre-vingt-treize (C) 
Sept ans, Me revient un air (D) 
♥  Deux mille deux cent quatre vingt six (E) 
Cinq ans, c’était hier (F) 
Trace de Quatre ans (G) 
Trois ans, Ô m’entendez-vous (H) 
Deux ans (I) 
Le Repos de votre Âme (J) 
Jour gravé (K)

Ô.. je m’émerveille guère de ces années
qui passent comme un train à l’horizon d’un champ
l’image qu’il Nous reste épuise les pensées
d’autant lorsqu’elles touchent le cœur d’aigre vent

Deux fois trois il me plait Ô.. de les composer
comme plus doux à citer que les six d’un temps ;
voyez-vous mon cher frère, l’heure d’amuser
cette plume en ce Dix janvier, passe le temps

Deux-mille-deux-cent-quatre-vingt-six jours, Ô..mon cher frère
que cette voix résonnant parfois âpres rêves
nocturnes, là ! où se taisent autres misères
Ô.. dérangent la nuit de l’absence, la vôtre

Ce no man’s land où depuis votre noir départ
parents, frères et soeurs se baladent sans mots
de crainte de rappeler souvenirs bien sots
à nombreux : je le fuis même au soir Ô.. bien tard

Se taire, ne rien conter de votre existence
de ses vingt-deux ans, ou si peu par obédience
est plus un calvaire à ce coeur qu’un bleu remède ;
l’espérance du jour ne doit craindre belle ode !

Deux fois trois il me plait de le composer
même face à grise stèle où se reposer
des affres de la vie, reste un geste alangui
à te reconnaître parmi monde chéri

Année miroir ce mille-neuf-cent-quatre-vingt-onze
année de certitudes que je ne peux voir
derrière ce miroir votre peine mon frère,
de ne rêver auprès des vôtres divin songe ;
aussi suis-je en demeure les nuits de ce rêve
à rire bord de Creuse tous trois, notre sève

..

Oli © ..2286..
©(P)10/01/91 …  Lizée

NB ; “La Lizée” est le pseudo de ma kiné m’ayant supporté 5 ans, m’ayant sauvé…
“Le Livier” c’est l’auteur, ayant eu  besoin de “ses doigts de fée”, pour sauver son pied

6+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/deux-mille-deux-cent-quatre-ving-six-delloly/

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
1 Commentaires des Auteurs
ChanTal-C Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
ChanTal-C
Modérateur
ChanTal-C

Qu’elle est belle cette ode au souvenir, pleine de tendresse et de douceur.
Les mots, vos mots, Oli, pour dire cette peine infinie avec autant de délicatesse me touchent en plein cœur…
Merci beaucoup

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE