«

»

Sep 24 2019

Imprimer ce Article

Des mots, des maux – Simone Gibert –

C’est depuis un moment,

Que mon comportement

Doit intriguer l’homme

Qui déjeune, comme

Moi dans cette salle,

Sous la lueur pâle.

 

Ah ! C’est bien évident,

Il déguste sans dents,

Je détourne les yeux,

Les siens sont vraiment bleus,

Mais sans expression,

Aucune émotion.

 

Ses cheveux fins, rares,

Son visage blafard

Aux rides prononcées

Me laissent à penser

Qu’un virus – entre nous –

L’avait mis à genoux.

 

Son corps est décharné,

On dirait condamné

A la solitude,

Est-ce l’habitude ?

Il n’a dit que “Bonjour !”,

Paraît ailleurs, toujours.

 

Des jours sont effacés,

On parle du passé,

Du temps, des maladies (!),

Unetelle a dit :

“Sans abri ? Croyez-vous

Qu’il reste parmi nous ?

 

“Du sida serait-il

Atteint, si fragile ? “

Conjecture … Perdu,

On sait, on ne sait plus.

Je ne veux médire,

Mieux : rien à dire.

 

Cet homme apprécié,

Au fil du temps lié,

Aux voisins qui sourient,

Souvent même, qui rient,

Nous gratifie parfois

De son timbre de voix.

 

Il est agréable,

Et à notre table,

Il propose de l’eau

Gazeuse, en cadeau,

Les verres teintent ainsi,

Un concert de mercis.

 

Ayant eu une idée,

Téléphones échangés,

Sans entrave de “mais…”,

Chacun s’y soumet.

Notre groupe dissout,

Nous rentrons tous chez nous.

 

“On se téléphone !

On n’oublie personne ! “.

Extraordinaire !

Moi, si solitaire,

J’ai pu donner le “la”,

Pour en arriver là !

 

Voilà qu’on m’appelle,

Quelle est la nouvelle ?

Chevalier servant,

Cette fois je l’entends,

Il récidivera,

De lui ne parlera …

 

Le mot “apprivoiser”,

Juste, sans pavoiser

“Vous pouvez me cerner,

Je ne sais pas berner !

Mais vous, qui êtes-vous ?

Une vie à remous ?”.

 

Moment de silence …

La voix, en nuances,

Hésitante, troublée,

Comme voilée, tremblée,

Me dit : ” Des substances,

Dans mon existence …”.

 

Fi de mes préjugés,

Je n’ai pas à juger,

Mais ne peut comprendre,

Ne pouvant dépendre

D’un produit.  En somme …

J’ai aimé les hommes.

 

 

 

 

 

 

 

 

Son

0

Au MAROC depuis l'âge de7 ans.
Etudes secondaires au Lycée de Jeunes Filles à Casablanca.
dans les années 50.

Au Secrétariat d'une Entreprise de Bâtiment à Annecy.

Deux années passées au SENEGAL.

J'aime la nature, la peinture, je m'essaye à la poésie.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/des-mots-des-maux-simone-gibert/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE