«

»

Déc 29 2019

Imprimer ce Article

De l’océan à la mer – Christian Satgé

Tous les midis ont la voix qui tonne et plastronne.
Qu’on aille de la Gironde au Lot-et Garonne,
Vous accueille, en un rire, un accent rocailleux
Qui fait, aux cieux grisailleux, le mot joyeux
Et sous le soleil soyeux la phrase qui rone.

Par tous les monts Pyrénées chantent en écho
La fierté de la liberté, le fricot
Qu’on partage,… en déroulant des timbres hardis
Comme les gaves offrant à tous leur mélodie
Heurtée à souhait. Chaos de mots. Tons locaux.

Le patois accentue et marque toutes les phrases
Du généreux parler du Gers, tout en emphase,
Qui métaphore à chaque ponctuation,
Qui retient l’oreille à l’intonation
Et vous la met jà en vacances, un brin sournoise.

Là, dans mon midi toulousain, l’on sait mieux
Que partout, chez les jeunes comme les aïeux,
Te déclamer l’alexandrin dans la brouillasse
Ou te chanter a capela l’air de Paillasse,
Même quand ça caillasse, mes beaux messieurs !

Les vents de Narbonne dont le franc-parler sonne
Et résonne jusques aux tours de Carcassonne
Donnent des vers alertes devenus refrains
Avec Charles et Georges et offrent encor’ plus d’entrain
Aux notes qui font que tous les sons polissonnent.

Rien à voir avec cette élocution
Aveyronnaise, pauvre d’articulation,
Où chacun rumine ses rimes et ses lignes
À l’envi, comme si la voix était indigne
De donner aux pensers prononciation…

De lisière de vigne à l’orée des guarrigues
La voix s’infléchit, le rythme insiste et intrigue.
C’est le phrasé de ce bon Mistral qui subit
Les faux airs de folie du fada – le Bobby ! –
Car, d’envolées ici, vaï, on est prodigue !

Plus loin, sous l’olivier et le tamaris
On lit Pagnol dans le maquis, et là l’on rit
À cette gouaille inondée de franc soleil
Où les jours et les mots s’étirent, sans pareil
Sous cette chaleur, et modulent jusqu’aux cris…

Tous mes midis ont la voix qui sonne et fanfaronne,
Parce qu’on y parle plat des mots qui moucheronnent
De Cahors à Nîmes, de Castelsarrazin
En Avignon, des Landes jusqu’à Toulon, voisins
De langue et d’esprit que « ceusses » du Nord larronnent…

© Christian Satgé – décembre 2019

4+

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/de-locean-a-la-mer-christian-satge/

2
Poster un Commentaire

avatar
1 Sujets de commentaires
1 Réponses de commentaires
1 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Christian SatgéFattoum Abidi Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Fattoum Abidi
Membre
Fattoum Abidi

Bonjour Christian bravo pour ce délicieux partage vous nous faites vivre la beauté de ce coin agréable à y être, très belle description captivante j’ai adoré ma lecture.
Mes meilleurs vœux de bonheur et de bonne santé pour l’année 2020
Mes amitiés
Fattoum.

0