«

»

Fév 03 2020

Imprimer ce Article

…de l’Encor – Delloly

Clairement vous déshabillez encor
la nuit, de ces rêves, osant partir
sur des chemins libres de l’avenir
se privant des règles quant au décor

Pourtant d’un soudainement avez fui
l’antre parisienne un matin de pluie
de vos habits côté du parapluie
à l’abandon se reflétant d’ennui

Au soir depuis ce matin loin du bruit,
vêtements soupirent, de ce délire,
négligés du regard qui se déchire
moindre brise m’aventurant au fruit

Comprenez lors, ces nuits ventant l’amour
au loin d’indélicats mot faux amis
elles sont ce poumon, bord de tatamis
n’y tombant pas, d’aventure glamour

.

Oli ©…de l’Encor
©(P)-07/03/09   (10)  

1+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/de-lencor-delloly/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :