«

»

Sep 10 2019

Imprimer ce Article

Causons-Brahim Boumedien

Causons comme tu l’aimes, offrons-nous des mots doux

 

Échangeons nos poèmes, faisons un peu les fous

 

Quelle douce folie que celle de l’Amour

 

Cet Amour qui nous lie, qui est là, nuit et jour.

 

 

 

Parlons du grand Victor, sans oublier Alphonse,

 

Aucun des deux n’a tort et tous deux sont immenses.

 

N’oublions pas Ronsard, rendons grâce à Verlaine,

 

Ces poètes au grand art et aux vertus humaines.

 

 

 

Passant par Éluard, nous irons chez Prévert

 

Et s’il n’est pas trop tard, nous clamerons ses vers.

 

Le bel Apollinaire et le brillant Rimbaud

 

Dans notre imaginaire, se détachent du lot.

 

 

 

Le thé que nous prendrons sous les beaux yeux d’Elsa,

 

Servi par Aragon, te revigorera.

 

Puis, la main dans la main, revenons à nous-mêmes,

 

Dans ce jardin serein, où deux cœurs unis s’aiment.

 

 

 

Causons, causons toujours, comme disait quelqu’un

 

Qui faisait de l’humour, ah ! Le sacré coquin !

 

Dis, que serait la vie, sans ces êtres sublimes

 

Et qui, tu en conviens, deviennent rarissimes ?

 

  1. BOUMEDIEN le 10/02/2013

 

 

1+

- Diplômé de l'Ecole Normale Nationale d'El-Harrach
- Formateur (Education Nationale et Formation professionnelle)
- Ancien professeur de Techniques de gestion et de Techniques d'Expression
- Ancien professeur à l'ENNET
- Ancien directeur de collège
- Je m'occupe actuellement de recherche pédagogique (lutte contre l'analphabétisme, en particulier)

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/causons-brahim-boumedien-2/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE