«

»

Jan 31 2019

Imprimer ce Article

brouillons – Delloly

lorsque tu es loin de moi, je te hais de ne pouvoir t’embrasser lorsque tu es loin de moi, j’aime respirer chaque objet de ton odeur lorsque tu es à mes côtés je hais ton temps passé au téléphone tant de temps inutile à se deviner, peu de temps tant utile à s’aimer l’amour EST

Voyez vous ma douce Je vous adore encor Le matin au choix de l heur Nous contant nos rêves les imaginant d’un autrement Ensemble main dans la main Sur l’Ile de notre espérance

la princesse se demanda si elle devait choisir l’amour sur la gauche dans l’océan l’amour sur la droite à la montagne O le choix était de peu d’importance l’amour , lui, l’était Oli

O les amants du soir s’embrassaient sous un clair de lune osant l’amour le miracle fut : toute la Gent passante s’arrêta, souriant de l’instant, irradiée comme atteinte de la rose du bonheur

0

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/brouillons-delloly/

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE