«

»

Juin 28 2017

Imprimer ce Article

Au Large de l’Océan – Delloly

Au large de l’océan
une île se plaisait au levant
de ses formes et solitude
guidant l’âme infortune
à s’y reposer parfois
de douleurs et pensées d’autrefois.

Au large de l’océan
une île s’enfuyait au levant
ignorée de nombreux marins
ne désirant y épancher chagrins,
se déroutant au moindre vent
annonçant le mauvais Temps
brisant mâts et gréements
sous l’œil du Maître des événements
« Poète du vent et des murmures »
entendus des héros, telles aventures ;
Poseidon : le Prince des ivresses
de flots où se grondent mille averses.

Au large de l’océan
une île se lamentait au levant
de ces vents passant, l’oubliant,
enlevant toute vie, larmoyant
l’exuvie de crabes enfuis
au loin, en Terres indéfinies ;
pourtant son désir était de plaire
au marin déhanché de frontière
cherchant « Rocher » à conquérir
tel « Hollandais » d’un cœur à chérir.

Au large de l’océan
vogua sous redoutable vent
un Brick perdu de sa voile
rescapé d’une mer en cavale
cherchant l’abri et repos
loin de l’infortune et du mot.

Au large de l’océan
un Captain luttait face au vent
à ne chavirer son « home »
démâté, s’accrochant au rhum
de l’Espoir à trouver Terre ;
qu’importe son état de verre
fragile de vie, solide du Temps ;
il ne devait briser son « Printemps »
en accostant la belle île
oubliant précautions en file
d’un trop d’émotions embarquées
durant longues routes déroutées.

Au large de l’océan
une île l’invita au levant
à se reposer face au vent
détournant lames et rugissant
de la trace pour la Terre,
du fracas à se briser tel verre
sur rochers d’un dévorant
réclamant dû au marin passant ;
las, “Typhon” l’entraînant : plongea
happé d’une langue bleue : …nagea.

Au large de l’océan
une île se plaisait au levant
de son compagnon au cœur altier
parfumant sa vie : moment fruitier
résurgeant soleil et crustacés
sous mélodieux chant de cétacés.

Au large de l’océan
une île se mirait au levant
adulant l’Amant de ses ressources,
refoulant de vagues escarmouches
« vagabonds des mers » et curieux
risquant de blesser beauté des lieux
poussés du large d’un trop de vent
remémorant blessures d’avant
en limbes d’un preux Captain
« Poète des vents » du Domaine
rêveur du Temps et saison
à fondre la neige éternelle, à foison.

Au large de l’océan
une île se déplut au levant
voyant l’Amant observer l’horizon
rêvant d’une « belle » en lointaine Maison
cherchant passage du Temps à l’inviter
en l’Île du Vent pour l’heure du thé,
à vivre l’instant d’un seul diapason
sans question, ni vaine raison ;
là où son bonheur était ce désir
à cette heure où murmura le plaisir.

Au large de l’océan
une île réclama au levant
force du vent à l’engloutir
d’une larme profonde à se vêtir
la légende au-delà des « mers et vents»
d’un amour ilien en le cœur des gens.

 

 

Oli ©Au Large de l’Océan
©(P)-28/06/17 à 2A (libre)

 

 

3+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/au-large-de-locean-delloly/

12
Poster un Commentaire

avatar
5 Sujets de commentaires
7 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
6 Commentaires des Auteurs
Cailloux anneSandraLFrançoise ThiebautMarianne DessauxOliver Delabre - (Delloly) Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Cailloux anne
Membre

Etant fille de Poséidon, j’ai visité votre ile. au gré d’un quarantième rugissant.. très frais malgré les bourrasques de vent, envie de prendre ses embruns en pleine face. j’ai adoré cette ile merci Olivier

SandraL
Membre
SandraL

Simplement un bijou. Je l’adore petit prince des mots.
Merci pour cette offrande
Bisou👍😋
S

Christy
Membre
Christy

Olivier, c’est magnifique
çà fait rêver

Marianne Dessaux
Membre
Marianne Dessaux

je trouve cet écrit magnifique, il fait rêver et c’est son but cordialement Marianne

ChantalC
Modérateur
ChantalC

Poème merveilleux,
Entraînée dans ce rêve, cette quête du bonheur, de l’amour…
effaçant la solitude et redonnant vie, plénitude des sentiments partagés… en l’Ile du Levant
Mots magiques contant avec délicatesse la joie…. et aussi la tristesse d’une histoire qui prend fin……
Touchée au coeur !
Merci infiniment Olivier
Amitiés

Chantal

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE