«

»

Avr 11 2017

Imprimer ce Article

Pages Frivoles – Delloly

 

Imagine-Toi en mon Paradis,
D’une douce ivresse
Juste avant l’éveil d’un matin promis,
Habillée d’un Corps de Déesse,
Emettant un Cri tel le Chœur à l’aube
D’une nuit émeraude.

Imagine-Moi en ce Paradis,
Te livrant caresse
Juste après l’éveil d’une nuit-tatamis,
Habillé d’envies de transgresse,
Ecoutant ton Cri telle mélodie
D’un jour-rhapsodie.

Imaginons-Nous en ce Paradis,
Nous aimant « Colombe »
Jusqu’à cet instant, où la Pomme tombe,
Habillés à s’offrir rosis,
Invitant nos Cris à vivre interdits
Loin des comédies.

Vois ce Paradis de l’imaginé
Danser en nos limbes
Chaque jour et nuit d’un voyage aimé,
Habillés de ces tristes nimbes ;
Que ferions-Nous là ? Nous ! les funambules
De Vies somnambules.

Ô.. que reste-t’il ? de ces désirs fous
Se courtisant ivres
En pleine Lune vide de nos dessous
Oubliés au Jardin des Livres
Où s’écrit l’Âme des mots dits ;
Souvenir de nos Vies.

Ô.. souvenons-Nous de ce Paradis
Comme des Amants de Vies folles
Ivrant Nos matins
Habillés de nos draps satins,
Ecrivant les mots de pages frivoles
D’instants assouvis.

Oli ©Pages Frivoles
©(P)-11/04/17 à Muse S. (10,5,8) *Mus134

 


2+

Composer une sonate de voyelles et de consonnes au fond d’une barque sans toucher rive,…. ! Parfois il me semble y arriver, d’autres non ! mais toujours, je tente de laisser un horizon où l’espérance se ressent ! Pourquoi écrire à maudire l’univers sans fenêtre ! Souvent l’on oublie que des lecteurs existent de l’autre côté du miroir pour vivre un peu autrement, voire rêver ….

http://olidelab.over-blog.com/

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/amours-frivoles-oliver-delabre/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :