«

»

Août 31 2017

Imprimer ce Article

À Pierre… – Philippe X

 

C’était il y a longtemps, dans un pays vaste et inconnu, une sauvage tenait par les chevilles un petit «bout d’homme» et lui claquait les fesses.

  Déjà à quelques moments de sa venue au monde, ce ”Lariflète”  poussait son premier hurlement primaire. : «Hé ! La vieille… ! T’as pas fini de me martyriser…attends que mon père t’attrape…ça va être un massacre pour toi hideuse».

  Je venais d’apprendre que cet «asticot» qui braillait était mon fils.

Il me revint cette chanson Ce que c’est d’être père 

… «tu es mon millésime..

…Après autant d’amour
La saison des vendanges
On récolte le fruit
Le meilleur des mélanges
La bouche est ronde et pleine
Et le nez si discret
Quel prénom allait-on bien pouvoir te donner?»

  I was on my boule… sur le cul que j’étais… ce “noirot” était mon fils.. pas question d’endosser seul la paternité de cette catastrophe… ma femme devra me rendre des comptes… mais qu’est-ce qu’elle a foutu pendant les neufs derniers mois… quand je lui ai confié le fruit de mes amours, c’était du pur jus de vie.

…Millésime… pas question de vin de renom, de château du Sud Ouest, de vin des Rois…. de la piquette oui… va falloir chaptaliser le petit.

  J’avais préparé un couplet d’une chanson prémonitoire et près du comptoir qui correspondait plus à l’idée que je me faisais à la suite d’avoir reçu un coup de pied de tonneau :

«Mes parents ont dû
M’trouver au pied d’une souche
Et non dans un chou comme ces gens plus ou moins louches…»

Désormais je partagerais ce vin d’une vie, en la compagnie d’un Georges nommé BRASSENS.

  Je venais donc d’être père vendangeur et quand le vin est tiré, il faut le boire… pour y croire.

  Penser que cette piquette ne me monterait pas à la tête fut ma première erreur.

  Élevé avec amour par HERA ou DIONYSIS  «fait femme», ce jus de treille se transforma au fil des saisons en «un petit vin jeune prometteur... »…il faut reconnaître que la vigne dont il était issu, (je parle de sa mère CATINOU ) était du genre «vigne du seigneur», de la classe, de la race, de la haute lignée, du cépage sélectionné.

  Ce jeune breuvage promettait d’être à la hauteur de la carte des vins que vous trouverez dans les grands crus classés.

  Avec passion et envie, ce «pur jus de treille» devint ma boisson préférée.

  J’avais de plus en plus de raisons de veiller à ce que ce fils de Dionysos et de l’Amour devienne le nectar que tu es devenu…..car tu l’avais bien compris… en choisissant ton prénom… tu deviendrais le roc solide sur lequel je pourrais un jour me reposer et devenir le témoin privilégié de ce que sont les vendanges de l’amour.

  Belle et noble récolte que représente la venue de ta descendance.

  L’alchimie qui opère dans la transformation du plomb en or se retrouve dans la transmutation de ce jeune garçon que tu étais, en ce fils que tu es devenu.

..Regarde toi… stature de Roi… quels épithètes te donner pour ce jour de fête….

  Il ne m’appartient plus de veiller sur ce millésime, le nectar que tu es devenu est servi à la table des dieux…. eux seuls connaissent ton destin.

  Voilà,  c’est ainsi que je te souhaite par la pensée, un bon anniversaire… sans oublier de porter un toast à ta santé et à ton avenir… sans jamais omettre de regarder parfois en arrière pour contempler le chemin parcouru.

  Heureux anniversaire mon fils, Pierre.

*

© Philippe X – 31/08/2018

1+
En roue libre | [email protected] | Site Web

'' nul n'est prophète en son pays''...c'est pour cette raison que je voyage.
''Convier quelqu’un, c’est se charger de son bonheur pendant tout le temps qu’il est sous notre toit.''...vous êtes mes invités, au banquet de la littérature....

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/a-pierre-philippe-x/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :
Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE