«

»

Jan 12 2020

Imprimer ce Article

À muser dans l’antique galerie – Christian Satgé

Le long d’un corridor laissé, à dessein, dans l’ombre,
Une théorie de portraits de famille sans nombre,
Qu’on ne verra jamais aux cimaises des musées,
Dort en enfilade, alternant avec des massacres
De cerfs supportant les hamacs poudreux, usés,
D’aragnes défuntes et des trophées à l’odeur âcre,
Rappelant chasses oubliées, temps disparus,…
Dans la pénombre, je côtoie ces inconnus.

Le port trop raidi et grimaçant des sourires
De convenance, ces gens prêteraient à rire.
Sur ces toiles brunies aux couleurs ternies,
Figés un jour, ils restent immobiles, impassibles
Face à une éternité qui, sous un vernis
Qui les fait briller comme suerai l’irascible
Laboureur, n’a, hélas !, pour eux que trop duré,
Toute emblasonnée que fut leur vie, ici murée.

Ce ne sont là que douairières livides
Habillées aux modes d’antan, le regard vide,
Soldats prou engalonnés aux tenues chamarrées,
Un évêque altier parfois à la mine modeste,
Témoins d’une race d’hier, éteinte, amarrée
Aux « traditions », indifférente du reste
Au temps qui passe mais qui, pourtant, lui a pris
Sa superbe et sa splendeur, tout ce qui avait prix.

Cette file sans fin de terrifiants fantômes,
Souvenirs aux noms effacés baigne dans l’arôme
Des fleurs de moisissures qui, ici ou là,
Ont poussé sur les châssis chancis que saupoudre
La poussière à l’orée des ors de gala.
Fanés ou noircis, tous ces cadres ont à découdre
Avec des vers qui, au fil des années endormies,
Ont sapé ces supports au-delà du permis…

Seul, parmi ces figures bel et bien mortes
Posant sur moi des regards toujours vifs, je porte
Le poids de leur tristesse, abandonnées dans un froid
Noir et humide qui les tue une seconde
Fois et frissonne à leur sort quoique, sans effroi,
Ne craignant ni esprits ni revenants qui fécondent
Des âmes plus tourmentées que celle qu’a donnée
À mon art cette visite un brin brouillonnée.

© Christian Satgé – décembre 2019

0

Obsédé textuel & rimeur solidaire, (af)fabuliste à césure… voire plus tard, je rêve de donner du sens aux sons comme des sons aux sens. « Méchant écriveur de lignes inégales », je stance, en effet et pour toute cause, à tout propos, essayant de trouver un équilibre entre "le beau", "le bon" et "le bien", en attendant la cata'strophe finale. Plus "humeuriste" qu'humoriste, pas vraiment poétiquement correct, j'ai vu le jour dans la « ville rosse » deux ans avant que Cl. Nougaro ne l'(en)chante. Après avoir roulé ma bosse plus que carrosse, je vis caché dans ce muscle frontalier de bien des lieux que l'on nomme Pyrénées où l'on ne trouve pire aîné que montagnard.

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/a-muser-dans-lantique-galerie-christian-satge/

Poster un Commentaire

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier pour :