«

»

Oct 27 2018

Imprimer ce Article

à la frontière de l’exil – Georges Cambon

 Á la frontière de l’exil, aux marches fragiles
De ton corps, quand la nuit sans domicile
Déshabille un dernier remords
Sur les mirages du fleuve qui s’endort
Où file mon amoureuse le temps,
Sur l’écheveau qui tresse nos vingt ans !
Aurai-je, enfin appris,  du sablier ,

 La chute lente des saisons dépouillées…
Dans ce noir cachot feint de mes habitudes
Gisent pernicieux les tumultes de l’âme
Qu’éveillent comme une lente sollicitude
Des parfums troubles portés par une femme
Ma bouche muette ose encore un murmure
Silencieux comme une simple égratignure !

.

©Georges Cambon

3+

Ancien libraire, j'aime la poésie et la politique d'où mes choix, parfois, de textes engagés! Mes poètes préférés sont Aragon, Verlaine, Mallarmé et Valéry!

Lien Permanent pour cet article : https://www.plume-de-poete.fr/a-la-frontiere-de-lexil-georges-cambon/

2
Poster un Commentaire

avatar
2 Sujets de commentaires
0 Réponses de commentaires
0 Suiveurs
 
Réaction sur ce commentaire
Le plus important commentaire
2 Commentaires des Auteurs
Georges CambonAnne Cailloux Commentaires récents des Auteurs

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Plus récents Plus anciens Plus de votes
Me notifier pour :
Anne Cailloux
Membre

très tendre, si tendre qu’on en voudrait encore.
Anne

Optimization WordPress Plugins & Solutions by W3 EDGE